News Boutique
<- Retour à la page d'accueil




























Transmission des données, images et vidéos fournie en Europe par
Coyotte tous pour un, un pour tous ! Tout le trafic en France


suivre la course européenne de serge girard via notre flux rss
flux rss

Géolocalisation en temps réel
Géolocalisation en temps réel

suivre la course européenne de serge girard via notre flux rss
Télécharger Tracé et données
de course
J100 - Dimanche 24 janvier : Aix-en-Provence – Saint-Julien les Martigues

72,85km – 9H16’
Altitude : 79m

Et oui j’ai fait ma paresseuse avec un tout petit compte-rendu hier, alors il faut que je me ressaisisse…
L’occasion de parler aujourd’hui des « suivistes », leur rôle et les différentes tâches avaient déjà été expliquées dans un compte-rendu en novembre dernier alors voici quelques compléments d’informations suite à des questions posées dans vos mails :
Qui sont-ils ? pour une bonne partie, des jeunes retraités, dynamiques qui aiment le sport et l’aventure, mais vous ferez aussi la connaissance plus tard de Ludo, Thomas et Bertrand, qui parviennent tout en étant en activité à se libérer plusieurs semaines.
D’où viennent-ils : de Normandie, de Bretagne, Loire-Atlantique, de l’Ain, d’Anjou et de l’Isère.
Comment les avons-nous connus ? De façon très différentes, en fonction des personnes, mais par rapport à Paris-Tokyo, ce sont quasiment toutes les mêmes personnes.
Un bagage particulier ? en 1997, Serge, comme beaucoup de coureurs qui organisent ce genre de course souhaitait s’entourer d’un pédicure-podologue, d’un kiné,  d’un médecin et puis, au fil des années, Serge s’est rendu compte que le médical et le paramédical n’étaient pas indispensables. Pour l’anecdote sur Paris Tokyo, à la fin, Ludo qui est kiné ne le massait plus car Serge préférait aller dormir…. Et à ce jour 10 massages en 100 jours.
L’expérience nous a appris que les personnes qui nous accompagnent, outre le fait d’être dévouées à la cause de Serge et à sa course aux kilomètres, tout en mettant entre parenthèse une partie de leur vie, devait avoir la possibilité de s’adapter à une vie non planifiée à l’avance mais qui à contrario nécessite de répéter les mêmes gestes au quotidien, de gérer des périodes ponctuels de stress, d’avoir une bonne endurance et je dirais même une certaine résistance car les journées sont longues et ne vous laissent aucun petits moments de tranquillité pour bouquiner une heure, pour aller flâner ailleurs. Les kilomètres vous tiennent à la bride et la montre est un élément important pour nous tous.
En réalité, il faut plus de qualités physique et morale que de compétence professionnelle.
Ensuite chacun apporte son bagage avec lui en le mettant au service de la course : Daniel et René sont des bricoleurs, Joël était informaticien, Eliane est une perle dans l’intendance, Ludo est Kiné, Thomas est photographe …etc mais outre cette étiquette, la polyvalence est de mise et chacun comme l’on dit « met la main à la pâte ».

Question intéressante de Gilles (qui a traversé Madrid avec Serge et David) : Est-ce que les changements d’équipe sont transparents pour Serge où non ?
Tant pour Serge que pour moi, ces changements sont loin d’être transparents. Comme le dit Serge, « je suis un vieux et les « vieux » ça n’aime pas le changement ! ».
Serge est très sensible à l’équipe qui l’accompagne comme une éponge qui absorbe l’eau, lui il absorbe les ondes, bonnes ou mauvaises, il sait très bien lorsque cela fonctionne bien ou moins bien, si une personne se sent bien ou mal dans le groupe, si quelqu’un est fatigué et n’est plus dans le coup... Il m’évoque des détails qui sont parfois surprenants et il est finalement très attentif à son environnement. Pour moi ces changements sont synonymes de redistribution des tâches : Eliane fait la lessive de Serge lorsqu’elle est là sinon c’est ma tâche, Joël s’occupe des photos à décharger ainsi que la montre Garmin et la balise. Lorsqu’il n’est pas là c’est ma tâche…René s’occupait de la gestion du Ducato, une fois partie cette tâche a été redistribuée sur l’ensemble de l’équipe. Et évidement, pour moi aussi, il est important et primordial qu’une personne se sente bien dans le groupe, car c’est une vie un peu communautaire que de se voir du matin au soir. Lorsque vous allez au travail, le soir vous rentrez chez vous et vous vous coupez de vos collègues, là du lever au coucher on voit les mêmes têtes, ainsi une dernière qualité que j’évoquerai : être sociable. Et puis, il faut aimer les rencontres et les gens !
Serge a coutume de dire ces derniers temps, qu’il existe de bien meilleurs coureurs que lui mais ce qui fait la différence c’est son équipe qui est extraordinaire : je vous rassure nous n’avons pas les chevilles qui enflent !
Jean-François et Christian seront au départ pour la journée entière et après cette troisième étape courue entièrement, je me suis dit que Jean-François devrait s’inscrire sur des courses par étapes telle que la Transe-Gaule avec un « suiviste » comme Christian, ce serait une bonne équipe.
Une journée riche en rencontre : merci à Xavier et Boureyma du CJD, qui ont ce matin guidé Serge et l’équipe pour sortir de Aix et retrouvé la route de Berre. La visite de Pascal, Laurence son épouse et leur 3 enfants qui suivent le périple derrière l’écran d’ordinateur et qui ce jour sont venus faire dédicacer les livres des précédentes traversées, même Serge n’en revient pas d’avoir de tel fan et tout cela a dû le motiver, car l’allure a été soutenue ce jour avec une moyenne de 7,9km/h et pas mal de pauses ( France 3 oblige et massage de pieds adoré par Eliane ). Jean-Louis est revenu ce jour, dans le sud, nous constatons qu’il y a beaucoup de récidivistes qui viennent et reviennent, des amoureux de la course à pied sans nul doute.
En fin d’étape Simone et Isabelle se joignent à la troupe…
Une mention spéciale pour une visite programmée mais très touchante de Bérengère, de notre village bien connu de Grainville-Ymauville, qui court comme une gazelle depuis peu de temps et qui se donne à fond. Pour ce week-end spécial sud et Serge Girard, un couple d’amis du Havre l’accompagne : Sylvie et Denis son mari, coureur et non-voyant dont nous faisons la connaissance aujourd’hui, après beaucoup d’échanges mail. Bérengère a la charge ardue de guider Denis car les coureurs mal ou non-voyants courent avec un guide rattaché par un lien, les 2 coureurs ne font plus qu’un mais cela est plus facile sur le papier que dans la réalité car le rôle du guide ne s’improvise pas et Bérengère après un seul entraînement avec Denis, se lance dans une grande aventure, sur un parcours qu’ils ne connaissent ni l’un, ni l’autre qui plus est, dans la traversée de Martigues,  ville étendue avec de nombreux trottoirs  et de la circulation. Pour ne rien arranger, Serge et la fine équipe, vont vite et il faut suivre le rythme soutenu de cette fin d’étape. Une dernière côte après Martigues et puis ça redescend pour un finish devant une cave vinicole fermée (dommage !) à l’entrée de Saint Julien de Martigues.
J’ai la surprise d’avoir la visite d’une cousine germaine et de son mari que je n’avais pas vue depuis 20 ans….incroyable.
Bérengère n’est pas venue les mains vides : de la crème de caramel pour mettre sur les crêpes à mardi-gras, des dessins de toute la classe de CM2 de l’école de Grainville-Ymauville réalisés le 12 janvier, ces dessins représentent tous un coureur, au milieu des montagnes ou sur une route bien visible et parfois un bonhomme se promène, merci à vous tous, les jeunes. Et puis enfin, un joli filet garni de douceurs à manger de la part de nos chers voisins : Brigitte et Jean-Yves. Merci de penser à nous, cela fait chaud au cœur et je souris de plaisir en écrivant ces lignes.
J’espère n’avoir rien oublié et surtout personne et au risque de vous ennuyer je passe au programme de demain un peu spéciale :
Partie 1 : 7H15’ départ de Saint-Julien les Martigues – Sausset-les-Pins – Carry-le-Rouet – L’Estaque – Marseille avec un stop à 12H30 pour la section CJD de Marseille (arrêt de 1H30’)
Partie 2 : 14H00 départ du vieux port – Stade Vélodrome –Col de la Gineste -  Cassis – La Ciotat


Tracé du jour avec Google Earth
Tracé de demain sur Google Map de Saint Julien à Marseille
Tracé de demain sur Google Map de Marseille à La Ciotat
Pour les itinéraires sur Google Map : cliquer sur à pied dans l'onglet où il y a voiture puis cliquer sur itinéraire car la sauvegarde ne se fait pas automatiquement

Ville : Saint-Julien-Les-Martigues (Les Bouches du Rhone)

GPS : N43.36754° W005.08725°