News Boutique
<- Retour à la page d'accueil




























Transmission des données, images et vidéos fournie en Europe par
Coyotte tous pour un, un pour tous ! Tout le trafic en France


suivre la course européenne de serge girard via notre flux rss
flux rss

Géolocalisation en temps réel
Géolocalisation en temps réel

suivre la course européenne de serge girard via notre flux rss
Télécharger Tracé et données
de course
J159 - Mercredi 24 mars: Iernut – Cluj Napoca

75,39km – 10H21’
Altitude : 556m

Hier, lors de ma recherche pour notre lieu de couchage, je me suis arrêtée au monastère de Recea pour demander l’hospitalité, mais cela ne fut pas possible et je n’ai pas demandé pourquoi. Ce monastère magnifique et très bien entretenu est tenu par des sœurs. Serban, nous explique qu’en règle générale, les hommes ne peuvent pas dormir dans les monastères tenus par des femmes. Et puis c’est le temps du Carême, Serban, qui suit cette pratique religieuse, nous explique que les chrétiens orthodoxes, 40 jours avant Pâques, ne mangent plus de nourriture qui provient d’origine animale (pas de beurre, de lait, d’œufs, de viande bien sûr, etc, etc). Outre ce grand Carême d’avant Pâques, Serban nous dit qu’il y en a plusieurs dans l’année : au moment du 15 août, de Noël et j’ai dû en oublier un autre, car il y en a quatre. Au delà du Carême, la même règle est adoptée les mercredis et vendredis toute l’année. Par contre , on  est autorisé à boire de l’alcool.
Les traditions sont encore très présentes dans le pays, tout comme leur respect. Les fêtes sont parait-il grandioses, telle Pâques, où Noël, ou bien les mariages… La musique et les danses traditionnelles demeurent et confèrent au pays un charme indéniable.
Ce matin, Serge rejoint son point de départ à Iernut , avec Serban, qui l’accompagnera  sur les premiers 35km, sur une route pas très agréable à cause de la circulation, en direction de Turda. L’équipe réduite est bien rodée . La température cet après-midi serait presque estivale. Une petit col à 711m avant de redescendre sur Cluj. Une bonne et belle journée.

Voilà un petit moment que ma réflexion se porte sur un texte au sujet de la communauté Rom, dont je vais parler aujourd’hui, même si depuis la Grèce, nous rencontrons des villages et des quartiers Roms, voici le moment d’aborder ce sujet qui peut paraître épineux. Le mot Rom ne vient pas de Roumain et vice-versa. Les Roms regroupent plusieurs entités : les Gitans, les Tsiganes, les Manouches, les Romanichels, les Bohémiens, « les gens du voyage ». Leur peau mate, leur vient de leur origine indienne. Les premiers Roms arrivèrent en Europe de l’Est au XIIème siècle. A l’origine ils sont nomades, mais au fil du temps, beaucoup se sont sédentarisés. De nos jours, cette communauté est éparpillée en Europe et dans d’autres pays du monde, avec une population plus importante en Europe de l’Est.
Nous avons rencontré les premières communautés Roms en Grèce, où ils vivent dans des maisons de fortune dans les faubourgs des villes. Puis en Bulgarie, au détour des campagnes ou des villes, ils vivent ensemble regroupés dans un quartier que nous avons l’habitude de nommer « village Rom », enfin, la Roumanie compte une importante communauté Rom qu’il est difficile de recenser exactement (il y a les chiffres officieux et officiels). Les Roms voyagent et s’exportent facilement. En France, nous avons l’habitude de voir des Roms de Roumanie, de Bulgarie avec les filières de prostitution, et des handicapés qui font la manche dans la rue. (Il y a bien d’autres filières albanaises, serbes, russes…etc). Il n’est pas rare dans la rubrique des faits divers, de voir citer « les roumains » dans quelques affaires d’escroquerie à la carte bleue ou autres, souvent ce sont des Tsiganes Roumains. La différence entre la Bulgarie et la Roumanie est la suivante : la filière bulgare est mafieuse, la filière roumaine est familiale ( Les mafias n’ont pas pu pénétrer le pays au temps de Ceaucescu).
L’amalgame est donc vite fait, et nous donne fatalement une image de ces pays complètement erronée. D’ailleurs, bon nombre de Grecs, Bulgares et Roumains n’aiment pas les Roms, dont ils ne comprennent pas le mode de vie. En Roumanie par exemple, il semble y avoir de riches Tsiganes qui se font construire d’immenses maisons qui sont parfois inhabitées, appelées « Palais Roms » : d’où tiennent-ils l’argent ? Et pourquoi ne pas y habiter ? Voilà les questions que se pose la population roumaine.
Cette communauté souffre de discrimination, au point où, lors de mes recherches, j’ai pu voir un rapport de Amnesty International condamnant la Grèce en 2004, pour avoir détruit un quartier Rom à Patra, ville où nous sommes passés. La Commission Européenne souhaite aussi que ces pays d’Europe intègrent plus les Roms dans leur société : travail, éducation, santé…etc. Le taux de chômage dans cette communauté est de 90%, les enfants ne sont pas tous scolarisés. Les vols et les larcins très rares en Roumanie, qui est un pays bien plus sûr que la France au niveau taux de délinquance, sont souvent imputés aux Roms. Malgré tout, il existe une minorité de Roms qui travaillent, paient des impôts et vivent comme les Roumains. Mais chacun porte le poids de son passé et l’intégration est un vaste sujet qui concerne tous les pays du monde, la France pour commencer.
Une chose est certaine, les Roumains ont « une certaine honte » de leur pays, et s’excusent presque…à ma grande stupéfaction. Cela m’a projeté quelques années en arrière lors de notre passage en Iran, où la population rencontrée avait peur de ce que nous pouvions penser de leur pays ! Alors, derrière les clichés, derrière les images que l’on veut bien nous servir sur nos chers écrans, tous les pays du monde renferment des peuples uniques avec leur propre richesse, leur propre culture et les Roumains peuvent être fiers de l’âme qui se dégage de leur pays.


Tracé du jour avec Google Earth

Ville : Cluj Napoca

GPS : N 46.44027° E 023.35189°