News Boutique
<- Retour à la page d'accueil




























Transmission des données, images et vidéos fournie en Europe par
Coyotte tous pour un, un pour tous ! Tout le trafic en France


suivre la course européenne de serge girard via notre flux rss
flux rss

Géolocalisation en temps réel
Géolocalisation en temps réel

suivre la course européenne de serge girard via notre flux rss
Télécharger Tracé et données
de course
J173 - Mercredi 7 avril: dans la montagne – St Andrä (Autriche)

73,05km – 9H59’
Altitude : 526m

Cette nuit, il a gelé blanc, et ce matin, le ciel est bleu azur. Un beau temps sec et frais attend Serge qui commence sa journée par un belle grimpette jusqu’à la frontière slovène et autrichienne, perdue au milieu des sapins. Le poste frontière de construction récente (1995) est désaffecté. Après la montée, une belle descente et comme bien des coureurs, Serge n’est pas un fan de ces longues descentes qui tirent sur les genoux, à cause d’un travail excentrique du quadriceps. Mais Serge ne se plaint plus de son genou, et il n’a d’ailleurs pas intérêt, puisqu’il refuse de se soigner !!! Le Dr Roattino, lui avait ordonné un traitement anti-inflammatoire de 15 jours, que Ludovic nous a rapporté dans ses bagages, car nous n’avons aucun anti-inflammatoire avec nous (Serge ne les supportant pas). M. Serge, après pas mal de pourparlers, m’a dit « ok, je suis le traitement, mais dès que j’ai mal à l’estomac j’arrête ». Il a donc sur 5 jours, pensé à prendre 2 soirs, le comprimé avec un pansement gastrique, et puis terminé. Donc, je ne me battrai pas avec lui, plus têtu qu’une mule, mais en contrepartie, il n’aura pas intérêt à venir me susurrer à l’oreille qu’il a mal au genou. D’autre part, Ludo est kiné, et lui a proposé de le masser ou de mobiliser ses jambes, Serge répond non à chaque fois!  Moralité, Ludo ne lui demande plus. Serge ne court donc pas sous médicaments, si ce n’est du paracétamol par moment, ni grâce à une récupération liée à un quelconque massage. Il ne fait aucun étirement, mais là, l’expérience me fait approuver cette décision dans son cas, et je m’arrête là, car c’est une histoire pour une autre fois.  Il ne prend pas non plus de compléments alimentaires (pour répondre à une question qui m’a été posée par internet), les deux seules substances qu’il ingurgite, outre l’eau et le coca sont : un Redbull en cas de coup de pompe ce qui est assez fréquent ces derniers temps, vers le 45-50ème kilomètre, et une boisson qu’il supporte très bien qui nous a été fournie par le laboratoire Affysport de Guérande, l’Hydrenergy4. Au départ, connaissant Serge, je doutais qu’il prenne cette boisson dans la durée. Au final, il en a consommé 1 litre par jour, jusqu’à son épisode de gastro de janvier, durant laquelle il lui a été très difficile de retrouver un équilibre alimentaire, il y a alors eu une coupure d’un mois, et depuis, il reprend ½ litre par jour de cette boisson. Le fait est que sur une telle durée, il est difficile de manger et de boire tous les jours la même chose. Les « suivistes » peuvent en attester, c’est par moment un casse-tête pour trouver comment remplacer un ou plusieurs éléments, dont Serge ne veut plus : exemple les « Bolinos » ou la charcuterie ou les nougats, ou les fruits. Souvent, ces arrêts dans une « pseudo » habitude alimentaire, sont dûs à des aigreurs d’estomac…ou à une mauvaise digestion. Après les 3 premiers mois, où tout se passait bien, il faut depuis et par période, adapter l’alimentation qui reste très basique, sans rien d’exceptionnel sur les 14 ravitaillements quotidiens. Pas de poudre de perlimpinpin, juste une volonté et une expérience acquise, et sans aucun doute une certaine capacité à accepter le mal de jambes qui le tient depuis le deuxième jour de course, voilà les secrets de Serge. J’oubliais, Serge dort comme un bébé entre 9 et 11 heures par nuit et psychologiquement, c’est pour lui le plus important au niveau de sa récupération.

Ville : St Andrä (Carinthie)

GPS : N 46.44’25.3° E 014.47’14.5 °