News Boutique
<- Retour à la page d'accueil




























Transmission des données, images et vidéos fournie en Europe par
Coyotte tous pour un, un pour tous ! Tout le trafic en France


suivre la course européenne de serge girard via notre flux rss
flux rss

Géolocalisation en temps réel
Géolocalisation en temps réel

suivre la course européenne de serge girard via notre flux rss
Télécharger Tracé et données
de course
J228 - Mardi 1er juin: route 92 ( Norvège) – Gievdnjegoikka

74,31km  –10H55’
Altitude : 327 m
    
La pluie …….. voir la neige a légèrement gelée en ce petit matin, autant dire qu’il ne fait plus frisquet, mais froid.
Nous naviguons entre taïga et toundra, à une altitude d’environ 300 à 380m.  La végétation n’est ici constituée que de petits bouleaux sans feuilles et ce paysage est aujourd’hui balayé par un vent violent.
Ce matin, un journaliste de Karasjok est venu rendre visite à Serge sur la route, en lui disant qu’il était chanceux. Alors pourquoi chanceux, avec un vent de face qui souffle avec force et qui rendra la progression pénible jusqu’au 37ème kilomètre, tout simplement,  à cette époque s’ il n’y avait pas ce vent froid, les moustiques pulluleraient et nous en serions envahis. C’est donc plus sympa de  se couvrir comme en plein hiver que de se pulvériser de répulsif anti-moustiques. Eliane et René, ne parviendront pas à se réchauffer de toute la journée…
La vie en Norvège n’est pas donnée, et pourtant la région de Kautokeino ne respire pas la richesse, les habitations semblent moins bien entretenues qu’en Finlande.  La vie semble rude par ici et nous avons la surprise de revoir les bas côtés de route pas toujours très propres : autochtones ou touristes ou les deux, n’hésitent pas à se délester de leur trop plein sur les parkings, les aires de repos. En 2009, la Norvège était au niveau mondial, le deuxième exportateur de gaz et le 6ème exportateur de pétrole, cela n’empêche pas le prix du gazole d’être  à 12,5 Couronnes Norvégienne, soit 1,50€ le litre.
Les rivières et les lacs sont à contrario, le paradis des pêcheurs. Nous sommes au pays du « Saumon », les norvégiens étant les premiers producteurs, l’élevage y est intense. Mais certains de ces poissons vivent encore à l’état sauvage. Ils naissent en eau douce et rejoignent les océans. Puis, à leur tour, ils remontent les rivières, celles où ils sont nés pour se reproduire. La rivière Teno, que nous avons traversée entre la Finlande et la Norvège, forme une frontière naturelle sur plus de 200km entre les deux pays, les saumons sauvages y foisonnent lorsqu’ils remontent pour frayer. Les Norvégiens ont tendance à « psychoser » sur les parasites et les maladies. Les pêcheurs doivent procéder à la désinfection draconienne de leur matériel. Les animaux devaient subir une mise en quarantaine de 4 mois systématique mais hier, un éleveur d’Alaska Husky, nous expliquait que depuis peu, si le chien a un carnet de vaccination en règle et une puce d’identification, cette quarantaine n’existe plus. Qu’en est il des renards, des ours et autres animaux sauvages qui passent les frontières sans s’en rendre compte !
La Laponie Norvégienne, appelée également Finnmark, coiffe le nord de la Suède et de la Finlande et a même une frontière avec la Russie. Demain, nous devrions être de retour en Finlande pour la fin d’étape.


Tracé du jour avec Google Earth

Ville : Gievdnjegoikka (lieu dit)

GPS : N 69.11’20.7° E 023.32’28.2°