News Boutique
<- Retour à la page d'accueil




























Transmission des données, images et vidéos fournie en Europe par
Coyotte tous pour un, un pour tous ! Tout le trafic en France


suivre la course européenne de serge girard via notre flux rss
flux rss

Géolocalisation en temps réel
Géolocalisation en temps réel

suivre la course européenne de serge girard via notre flux rss
Télécharger Tracé et données
de course
J243 - Mercredi 16 juin: 7km avant Näsaker – 2km après intersection 87/331

74km  –10H52’
Altitude : 219m

Serge est fatigué mais je pourrais le dire et l’écrire tous les jours, au risque de tous nous lasser. Ce matin, il avait à nouveau mal au genou, il pense qu’hier il n’a pas assez marché sur cette longue étape, l’alternance course-marche, lui est salutaire et il en est bien conscient. Ce matin, Serge fait peine à voir au démarrage. Lorsque la machine se met en route, tel un petit tronc d’arbre, tout raide, il semble heurter le bitume à chaque pas. On pourrait presque sentir ses mâchoires se contracter à chaque fois qu’il est en contact avec le sol. Le corps noué, il évolue dans l’inconfort. La tête baissée et enfoncée dans les épaules, donne l’impression qu’il n’a plus de cou, ou peut être est-ce les épaules qui se rehaussent pour aider le corps à « remonter à la surface », à se dégager vers le haut. Il arrive par moment que Serge soit plus aérien, avec une propulsion naturelle des pieds au sol, mais ces instants se font de plus en plus rares au fil des kilomètres.
Au 60ème km, Serge dit « Je suis H.S ». Je m’aventure en terrain miné en lui disant : « tu devrais t’octroyer une journée par semaine à 60km maximum, et le reste de la semaine continuer à tenir les 74km, cela te reposerait et ta moyenne journalière n’en souffrirait pas trop ! » La réponse est claire, nette et précise : « non ». Mais je ne désespère pas, et je sais aussi que Serge gardera ce conseil dans un coin de sa tête.
La vie continue sur le Tour d’Europe avec une nouvelle batterie pour le fourgon, qui de bon matin, a bien voulu démarrer mais avec des câbles, et il ne fallait surtout plus arrêter le moteur. Pendant 2H30’, le temps pour moi, d’aller chercher une nouvelle batterie, Eliane et René seront bercés par le doux ronron du fourgon.
Un peu de chaleur cet après-midi (18°C) et une nouvelle journée sans pluie. Le profil plus plat hier et ce matin par rapport aux derniers jours, redevient un peu capricieux avec des hauts et des bas à l’approche de Solleftea, puis sur 10km jusqu’à Langsële : une 3 voies avec glissière au milieu donnera une bonne dose de stress à notre coureur. La circulation est plus intense en cette fin d’étape et il faut partager sa route avec les poids-lourds et les bolides, le pied est leste sur l’accélérateur pour certains, et nous n’y étions plus habitués.
Le mot de la fin revient à Serge : « la journée a été longue et dès les 5 premières minutes, au départ, je le savais.  J’ai mal partout ».
Serge sera-t-il en forme pour supporter les « Bleus » demain ?


Tracé du jour avec Google Earth

Ville : 2km après intersection 87/331

GPS : N 63.04’56.6° E 016.56’93 .5°