News Boutique
<- Retour à la page d'accueil




























Transmission des données, images et vidéos fournie en Europe par
Coyotte tous pour un, un pour tous ! Tout le trafic en France


suivre la course européenne de serge girard via notre flux rss
flux rss

Géolocalisation en temps réel
Géolocalisation en temps réel

suivre la course européenne de serge girard via notre flux rss
Télécharger Tracé et données
de course
J36 - Samedi 21 novembre : La Teste de Buch (mairie) – Pissos (La Mairie)

75,8km – 9H36’
Altitude 53m

Depuis mercredi après midi, notre passage à Saint Antoine sur l’Isle, nous sommes rentrés dans la Région Aquitaine. Le département de la Gironde est maintenant derrière nous avec un ultime beau point de vue Du dfépartement : La Dune du Pilat, sur laquelle Philippe, la cadreur, a prévu de faire des prises de vues faisant faire à Serge des allers et des retours pour saisir la bonne image. Jusqu’au 32ème kilomètre, Serge sera accompagné. Nous rentrons dans le département des Landes à Biscarrosse-Plage. Puis il attaquera, le passage sinueux au profil accidenté jusqu’à Biscarrosse. Un petit coup de mou survient à ce moment-là. Après 18 km de solitude, la forme revient en même temps qu’il est à nouveau accompagné.
Tant à Biscarosse qu’à Parentis-en-Born, les panneaux affichent un sous-titre en Gascon. La Gascogne n’est pas une entité administrative, n’étant ni une région, ni un département. Ces limites géographiques semblent établies par la zone dans laquelle le dialecte gascon est parlé à savoir un triangle délimité à l’ouest, de Soulac à Bayonne en bordure d’Océan Atlantique puis de Soulac au sud de Toulouse à l’est et enfin par la frontière espagnole au sud en excluant le pays Basque.
Nous rentrons dans le Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne, les pins sont omniprésents et à l’approche de Pissos, un grand panneau nous informe que la zone est sinistrée depuis la fameuse tempête du 24 janvier 2009. Sur ce panneau, un terme nous interpelle : les sylvicuteurs. La sylvicuture étant d’après Wikipédia, je cite « l’art et la science de cultiver les forêts ».   
La forêt est omniprésente et il en sera de même demain jusqu’à Mont de Marsan.
Serge arrive fatigué, le visage marqué mais heureux de cette nouvelle journée passée sur la route malgré le peu de bas-côtés et les bolides qui roulent à grande vitesse sur les lignes droites qui caractérisent les routes landaises du parc. Il nous signale d’ailleurs que son chemin a croisé beaucoup de gerbes de fleurs …en souvenir sans aucun doute de morts,  suites à des accidents de la circulation.
A Pissos, nous logeons dans les locaux, derrière la mairie, de l’Entente de Leyre (lire le club de foot).
Eliane nous prépare le repas que nous partageons dans la bonne ambiance qui caractérise notre petite équipe.
L’équipe forme un noyau soudé qui passe par une bonne entente et une bonne communication. Eliane et René sont toujours enthousiaste , sans jamais relâcher la garde durant  ces longues journées.
Ils se lèvent tous deux 1H30 avant le départ soit entre 4H45’ (comme demain) et 6H00 pour un départ à 7H30’, le temps pour eux de ranger leur effets personnels, de plier les lits de camp et matelas, afin que tout soit prêt à être conditionné dans le camping-car. Puis vient le déjeuner qui en fonction des cas, est tout prêt ou alors qu’ils préparent tous les deux, ils chauffent 3 litres d’eau tous les jours pour remplir les thermos qui serviront aux soupes et repas de Serge et au café pour tout le monde.
15 minutes avant le départ, après une petite toilette, ils sont prêts après avoir tout reconditionné dans le camping-car : leurs sacs, les lits et matelas, ils rangent  toutes les affaires du petit déjeuner (bols, sucre, café, confiture, presse-fruit, couverts, miel ….etc , etc). René s’attaque au désembuage des 2 véhicules en cas de besoin. Puis la journée sur la route commence par tous les temps et dure une moyenne de 10H00 : avec 15 ravitaillements, tous les 5 km environ. Eliane prépare toutes les soupes et ravitos chauds en règle générale. Il faut parfois jongler avec le ravitaillement et les changements de directions qu’il faut indiquer à Serge qui ne compte que sur ces suiveurs. René tient un journal de bord, il écrit environ 1 page par jour … au fil des heures et des rencontres. Parfois, il faut faire le plein de gazole entre deux, acheter une baguette…
Serge arrive, prend sa douche, pendant ce temps, il faut remettre en état le fourgon : sortir les thermos, les blousons de Serge et ses nouvelles running pour le lendemain, vider les poubelles. Puis monter les lits de camp si besoin. Récupérer la balise GPRS à l’arrivée  puis la mettre en charge, tout comme le téléphone portable. Si nous arrivons dans une ville étape, il faut démonter l’arche, la ranger dans le camping-car et sortir les cartes postales à distribuer.
Pour le repas du soir, si nous nous en occupons c’est Eliane qui s’en charge secondée par René qui met la table. Après la douche de Serge, nous mangeons très rapidement ensuite pour qu’il aille se coucher tôt. René récupère les chaussures du jour pour les faire sécher et les reconditionner avec leurs semelles dans le sac numéroté. Après le repas tout le monde donne la main sauf moi qui vais vite retrouver mon ami préféré « l’ordinateur ». Eliane est en charge de l’économat, elle gère les stocks et me fait une liste de courses en collaboration avec René, elle note également toutes les dépenses et collectes tous les tickets de caisse par genre : espèces, carte bleue, chèques ainsi je n’ai plus qu’à faire une saisie tous les 15 jours sur l’ordinateur. Lorsque les courses arrivent, il faut les conditionner. Le soir en fonction du temps qu’il nous reste, Eliane fait sa petite lessive avec les affaires de Serge, René fait également sa lessive en prenant sa douche. Le séchage se termine souvent le lendemain matin sur la ventilation du fourgon.
René gère tous les niveaux des véhicules : huile, lave-glace, il tient propre son fourgon à coups efficaces de brosse et essaie d’améliorer le conditionnement de leur centre de vie : l’intérieur du fourgon.  
C’est un duo de choc qui souvent termine la soirée à genou ou dans le meilleur des cas assis autour de la carte et du road book, ils tracent ensemble au feutre le parcours du lendemain car il faut toujours savoir où l’on est et où l’on va…Enfin ils relisent de concert, le présent compte-rendu pour y corriger toutes mes fautes. Nous peaufinons la sélection des photos ensemble. Il est entre 20H30 dans le meilleur des cas parfois 22H00, la journée se termine sans temps mort. Pa s de place pour buller ou se reposer sur ses lauriers, pas de répit et le soir qu’une seule envie, aller se coucher même si vous savez que la ville dans laquelle vous dormez doit être sympa à visiter…. J’ajouterai qu’ils ont tous deux l’avantage de dormir bien et partout !
Suivre Serge dans ces pérégrinations, n’est pas une sinécure mais lorsque vous voyez Eliane et René toujours contents et heureux de partager cette vie de nomade avec nous, ce n’est que du bonheur.


Tracé du jour avec Google Earth

Ville : Pissos (40)

GPS : N 44.30695° - W 000.77913°